Carnets de l'Economie

​Gameloft attaque l'OPA de Vivendi




29/02/2016

La bataille entre les éditeurs de jeux-vidéo français, Gameloft et Ubisoft en particulier, et le géant des médias Vivendi dirigé par Vincent Bolloré continue de plus belles ; notamment pour le premier qui fait l'objet, depuis le 18 février, d'un offre publique d'achat (OPA) à son encontre. Gameloft a annoncé ce lundi 29 février 2016 qu'il rejetait cette offre à l'unanimité.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Le ton monte entre Gameloft et Vivendi : par communiqué, le conseil d'administration de l'éditeur de jeux vidéo a estimé à l'unanimité que l'OPA de Vivendi était "contraire à l'intérêt de Gameloft, de ses actionnaires, de ses salariés et de ses clients". Une critique forte qui ne devrait pourtant pas faire revenir sur ses pas Vivendi. Le groupe, depuis la cession de SFR à Numericable, a entamé une phase de recentrage sur ses activités médias et le jeux vidéo en fait partie.

Toutefois, les craintes de Gameloft sont très claires : "absence de rationnel industriel de ce projet de rapprochement", "insuffisance des termes financiers de l'offre" et "les modalités de la montée au capital de Gameloft par Vivendi depuis le 22 septembre 2015, qui ont trompé et lésé les actionnaires minoritaires ayant cédé leurs titres à Vivendi" sont les principaux arguments de cette attaque en règle.

Ce qui inquiète Gameloft, en outre, est la "déstabilisation des équipes", peut-on lire sur le communiqué. Une déstabilisation qui a commencé dès le projet de rachat de l'éditeur entamé par Vivendi. Les équipes de Gameloft sont "très attachées au caractère indépendant de la société" qui risque d'être menacé si Vivendi prenait le pouvoir. Une criante partagée par les équipes d'Ubisoft, très liées à celles de Gameloft par les liens de parenté liant le PDG d'Ubisoft et le fondateur de Gameloft, Yves et Michel Guillemot.

Toutefois, Vivendi continue sa prise de pouvoir : le groupe détenait, au 18 février 2016, 30,01 % du capital de Gameloft, selon l'AF, ce qui lui confère 26,72 % des droits de vote.










Décideurs

Bernard Arnault : grand perdant de la Covid-19 parmi les milliardaires

Monsanto condamnée en appel dans l’affaire Roundup

Transport routier : la réforme européenne adoptée, vives critiques à l’Est

Jeff Bezos bat son propre record de richesse