Carnets de l'Economie

​En crise Mattel remercie son PDG Bryan Stockton




27/01/2015

Mattel souffre de la crise mais surtout d'un manque de renouvellement d'image sur sa marque phare : la Barbie. La poupée qui a fait le succès du fabricant de jouets dans les années 80 et 90 ne tient pas la distance face à Lego mais surtout face au marché croissance des produits dérivés de type "poupée" sortis tout droits des nouvelles créations du cinéma d'animation. Pour tenter de tourner la page, le PDG de Mattel a donc été changé.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
L'annonce a été faite ce lundi 26 janvier 2015 : Bryan Stockton, président directeur général du groupe, a été remercié. Mais aucun nom n'a été donné pour la succession. Pour l'instant tout ce que l'on sait est que la présidence par intérim est assurée par un autre membre du conseil d'administration de Mattel, Christopher Sinclair. Il avait été, auparavant, un des cadres dirigeants de PepsiCo.

Le but de la manœuvre est plus qu'évident : essayer de récupérer des parts de marché dans le domaine de la poupée, marché que Mattel dominait à la fin des années 90. Mais la révolution numérique a changé les habitudes des petites filles moins attirées par la Barbie classique.

Notamment, depuis plus d'un an, Mattel souffre du succès du dernier Disney à succès, La Reine des Neiges, pour lequel les produits dérivés ont été multipliés et ont fait un réel carton  auprès de la jeune génération. La Reine des Neige a même réussi l'exploit de surpasser Toy Story et devenir le film d'animation le plus rentable de l'histoire.

Sans être encore dans le rouge, Mattel n'aura enregistré qu'un bénéfice de 149,9 millions de dollars pour un chiffre d'affaires de 1,99 milliard de dollars lors du dernier trimestre 2014. Les ventes ont chuté de 6% et le bénéfice net de 60%.










Décideurs

DieselGate : Volkswagen condamnée pour la première fois en France

Stellantis vs Volkswagen : qui est le premier constructeur européen ?

Des voitures « autonomes » sur les routes anglaises en 2021 ?

Joe Biden confirme son intention d’augmenter les impôts des plus riches