Carnets de l'Economie

Les Carnets de l'Economie

63 % des salariés jugent le Code du travail inadapté




Anton Kunin
30/08/2017

Alors que le gouvernement devrait dévoiler, le 31 août 2017, les ordonnances réformant le Code du travail, un sondage OpinionWay pour les Éditions Tissot révèle que 63 % des Français souhaitent que celui-ci évolue.


1 Français sur 3 s’estime protégé avant tout par le Code du travail

Si le Code du travail est considéré par beaucoup comme un pilier essentiel assurant la garantie des acquis sociaux, seuls 6 % des Français estiment qu’il est tout à fait adapté au monde du travail aujourd’hui, 29 % autres l’estimant « plutôt » adapté. La moitié des personnes interrogées l’estiment « plutôt pas » adapté et 12 % « pas du tout » adapté.

Et pourtant, 68 % des Français craignent que si le Code du travail est assoupli pour laisser plus de place à la négociation par accords d’entreprise, leur employeur saisira nécessairement cette opportunité pour réduire leurs droits. Le Code du travail, les Français y tiennent : il est cité en premier (29 %) parmi les éléments qui protègent le plus les salariés, loin devant les accords de branche (20 %), les représentants du personnel (15 %), et surtout, les syndicats (12 %).

50 % des salariés souhaitent s’exprimer directement par référendum

En même temps, nombreux sont nos compatriotes qui souhaitent être davantage consultés en direct. Pour la moitié des salariés interrogés, le meilleur moyen de le faire est d’organiser un référendum dans leur entreprise. Les Français souhaitent être entendus surtout sur leurs conditions de travail (88 %), leur rémunération (87 %) et les avantages sociaux (87 %). Viennent ensuite l’organisation du temps de travail (82 %) et la durée de travail (75 %).

L’autre moitié des salariés interrogés font confiance aux représentants du personnel élus par les salariés (35 %) et aux délégués syndicaux (14 %). Rappelons qu’à l’heure actuelle, en l’absence de délégué syndical et de représentant du personnel élu, les salariés peuvent être amenés à conclure des accords d’entreprise à condition d’être expressément mandatés par une ou plusieurs organisations syndicales représentatives dans la branche ou, à défaut, au niveau national et interprofessionnel. Après la publication de la loi d’habilitation (et sous réserve de la décision du Conseil constitutionnel), le gouvernement pourra prendre une ordonnance pour faciliter, dans les entreprises dépourvues de délégués syndicaux, les modalités de négociation d’un accord.